Résorption des abris provisoires : Fondation Caritas Osnabrück joue sa partition à Daga Diakhaté – Lequotidien

<?xml encoding= »utf-8″ ??>

La Fondation Caritas Osnabrück «Hilfe für Menschen in Not im Sénégal», en collaboration avec L’Association Jokoo Sénégal-Deutschland, joue sa partition dans la résorption des abris provisoires en milieu scolaire, en dotant le Cem de Daga Diakhaté de deux nouvelles salles de classe.

Par Malick GAYE – Le Collège d’enseignement moyen (Cem) Daga Diakhaté de la commune de Ngathie Naoudé, qui est située dans  département de Guinguineo, a reçu deux nouvelles salles de classe. C’est la Fondation Caritas Osnabrück «Hilfe für Menschen in Not im Sénégal», en collaboration avec l’association Jokoo Sénégal-Deutschland, qui a construit ces deux nouvelles salles de classe. Ce don a été facilité par le journaliste Dialigué Faye, qui est natif de la zone. La cérémonie de réception a enregistré la présence de l’Inspecteur de l’éducation et de la formation (Ief) de Guinguinéo, M. Fall, du représentant de la maire Mme Yaye Fatou Diagne, des chefs de village.
«L’école sénégalaise est confrontée à des problèmes infrastructurels. Nous nous sommes dit que lorsque vous voulez aider un environnement, une commune, etc., il faut investir sur la santé et l’éducation, particulièrement l’éducation, parce que c’est la base d’une société. C’est pourquoi, par l’entremise de M. Dialigué Faye avec qui j’entretiens des relations fraternelles et amicales, nous avons décidé d’offrir ces deux salles de classe au Cem de Daga», a déclaré Guedel Mbodj. Le Coordinateur national de la fondation et président de Jokoo a aussi demandé aux élèves de bien travailler à l’école. «Vous avez fait un geste fort, en réalisant deux nouvelles salles de classe dans cet établissement qui est confronté à un manque criard d’infrastructures», a affirmé Dialigué Faye pour marquer sa reconnaissance aux donateurs. Avant d’ajouter à l’endroit des usagers : «Les biens publics appartiennent à tous, et ils sont le fruit des efforts conjugués des populations qui paient leurs impôts et taxes, et bien évidemment de l’Etat et de ses partenaires. D’où le devoir citoyen et patriotique de prendre soin de ces biens qui, dans notre pays, n’atteignent pas leur durée de vie à cause de l’action nocive des populations.»mgaye@lequotidien.sn

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE
fr_FRFrench