Le Premier ministre sénégalais, Ousmane Sonko, a appelé dimanche à la solidarité avec le peuple palestinien, dénonçant le génocide en cours contre les Palestiniens à Gaza.

S’adressant à un rassemblement politique devant des centaines de jeunes de son parti (Pastef) dans la capitale Dakar, Sonko a accusé les grandes puissances mondiales de complicité dans la “tragédie” qui dure depuis huit mois à Gaza.

Le chef du gouvernement, président et fondateur du Pastef, a de même encouragé le président sénégalais Bassirou Diomaye Faye à soutenir le procès intenté par l’Afrique du Sud contre Israël devant la Cour internationale de Justice (CIJ), basée à La Haye, qui accuse Israël de violer ses obligations en vertu de la Convention sur le génocide dans sa guerre dans la bande de Gaza.

« Je commencerai mon discours en demandant une minute de prière pour le peuple martyr de Palestine… un peuple aujourd’hui soumis au génocide avec la complicité de toutes les puissances de ce monde », a-t-il déclaré.

« Ceux qui se définissent comme les grandes démocraties, ceux qui défendent les droits de l’homme, sont aujourd’hui les plus grands complices du génocide perpétré contre le peuple palestinien. »

En décembre dernier, l’Afrique du Sud a déposé plainte contre Israël, l’accusant d’avoir commis un génocide contre les Palestiniens à Gaza.

Plus d’une douzaine de pays ont depuis rejoint ou déclaré leur intention de se joindre à l’affaire de génocide de l’Afrique du Sud contre Israël.

Israël poursuit son offensive brutale sur Gaza depuis l’incursion du 7 octobre perpétrée par le groupe palestinien Hamas, malgré une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU exigeant un cessez-le-feu immédiat.

Lire aussi: Sonko catégorique sur la présence militaire française au Sénégal

Depuis, plus de 37 000 Palestiniens ont été tués à Gaza, pour la plupart des femmes et des enfants, et près de 84 500 autres ont été blessés, selon les autorités sanitaires locales.

Huit mois après le début de la guerre israélienne, de vastes étendues de Gaza sont en ruines tandis qu’un blocus strict empêche l’arrivée de nourriture, d’eau potable et de médicaments.

Israël est accusé de génocide par la Cour internationale de Justice dont le dernier arrêt a ordonné à Tel-Aviv de suspendre immédiatement ses opérations dans la ville méridionale de Rafah, où plus d’un million de Palestiniens se sont refugiés pour fuir la guerre avant son invasion le 6 mai.

Lire aussi: Gaza: l’Afrique du Sud accuse Israël d’ignorer les décisions de la CIJ

TRT Français et agences